Vendredi 29 mai 5 29 /05 /Mai 21:11
Le printemps fleure depuis quelques semaines des écumes de lilas et de fleurs de pommiers. Les terrasses s'ouvrent, de même que les gosiers assoiffés de fraîcheur acidulée, de tanins tout mignons, de fraises et de framboises à s'en rougir les lèvres.
Bref, Times for Rosés
Que nous venons de lancer à Rouge Tomate NYC et Rouge Tomate Bruxelles !

Pour vous donner envie de venir les goûter


Les découvertes :

le rosato de Cabernet Sauvignon de Channing Daughters - pimpant, mûr, épicé - impressionant pour Long Island
Ojai, sans doute un des meilleurs rosés que j'ai goûté jusqu'à présent, dans le style puissant, charnu, mais diablement élégant
et le Lagrein de Muri Gries, des vignes d'une abbaye bénédictine, un lointain cousinage avec le gamay, le rosé parfait pour les accords mets & vins estivaux

A Bruxelles, on dégustera en vrac beaucoup la Provence (La Tour du Bon, Château de Roquefort, Château La Coste / Matthieu Cosse), un peu la Loire (Philippe Gourdon et son Zéro Pointé) et l'Ain (juste pour le plaisir de la fraise poivrée du Bugey Cerdon de Philippe Balivet).
Que du bon et du bonheur...

Par pascaline - Publié dans : restaurants
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 28 mai 4 28 /05 /Mai 01:46
Ok Modjo
je n'ai pas encore fait mon serment sur la montagne, ni rédigé mon évangile... encore peut-être un aphorisme à la Cioran, mais en moins dépressif, parce que j'ai rencontré le Pinot Noir, le Savagnin, et le Chenin Blanc
donc nous avons goûté des 2005, d'un peu partout (Loire, Alsace, Jura, Bourgogne, Rhône)

ok, donc hier soir, au xxxxxxx, avec M. MON collègue et ami, le genre de mec à t'envoyer le lien sur le plus improbable mais non avant-gardiste des blogs & sites de graphisme et de sensualité contemporaine



bon, tout ce que vous voyez sur cette image s'achète à prix très raisonnable, se goûte magnifiquement bien, surtout
Bossard, Angeli, Frick, Tissot,
Enjoy
et s'il ne fallait en choisir qu'une seule...Bossard, muscadet, un pays un peu dévasté, mais un des plus grands vignerons de France qui tire sa révérence


Par pascaline - Publié dans : juste pour le plaisir
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 27 mai 3 27 /05 /Mai 22:35
Le paradoxe - mais j'y reviendrai, texte à l'appui, de même que je n'oublie pas le Maroc, Tandem, Syrocco et Graillot




Quelques mots rapides, retraçant mal l'intensité et la qualité de la dégustation
j'ai eu la chance l'autre jour de me trouver à Bourgueil. suite à une invitation. j'avais le tout début de la matinée vacant. un appel laissé sur un répondeur me laissait dubitative sur la possibilité de visiter un vigneron avec lequel je travaillais avant mon premier rendez-vous officiel. Que diantre, n'ayant pas de nouvelles, j'arrivais au domaine avec le secret espoir de rencontrer la personne en charge de la vinif, croisée quelques mois plus tôt au Salon des Vins de Loire, Stéphanie Caslot


La Route, les Lieux-Dits, les Cuvées : où comment un nom incarne une géographie (Gracq ne l'aurait pas reniée)

Donc, une sonnette, personne; un toc à la porte, personne; un téléphone portable, et une réponse sortant de la terre, et un retour au centre de celle-ci, chez les Caslot, père, fils & fille


Donc 1,5 ha de cave, datant pour partie du XI-XIII ème siècle,



des qualités de conservation hallucinantes (cf l'ardoise ci-dessous).



De bons terroirs, de beaux terroirs, de grands terroirs, bref, une véritable incarnation du paysage viticole de Bourgueil. Une histoire famililale centenaire. Du respect. Et, un brin de folie, un côté intuitif qui vous fait choisir sans raison, au ressenti - on oublie le jeune Descartes, on aime le jeune Nietzsche - ce qui donne aujourd'hui plus d'une trentaine d'hectares, un peu maltraitée par la biodynamie passionnée des débuts... Mais des vins d'une authenticité rare, et d'une vibration remarquable, se cherchant encore pour les nouveaux millésimes  - Je suis fière de travailler avec leurs vins chez Rouge Tomate.

Dégustation, verticale et autres plaisirs gustatifs



Donc, plus sérieusement
2008 : se fait gentillement, beaucoup de densité, d'acidité, de tension - à suivre
 2007 : de belles choses, un peu serré encore sur les grandes cuvées (Busardières), mais une très belle homogénéité
2006 : des cuvées ouvertes, vous tendant les bras, vous appelant à boire (Chevalerie surtout); d'autres un peu frigides, retenues, vous demandant d'attendre l'instant de séduction (même Peu Muleau)
2005 : un Alcofribas surprenant, oscillant entre une certaine évolution, due à des fermentations alanguies, et une fraîcheur de jeune premier


1996 : Galichets, fringant & séducteur


Moins intense, plus millésime, mais très très attachant


De même un peu plus stylé peut être, très gourmand


1989 : Busardières, grand


1982 : Galichets, très grand

Un rapport qualité / prix imbattable, de la personnalité, et du terroir
J'adore ses vins

et pour finir me dires-vous : et bien curieusement,
 Jasmin 2006, et Côte Brune Jamet 1999
de la syrah du nord, sur ces terroirs...

parce que grand vigneron habile dégustateur



Par pascaline - Publié dans : vignes, vignobles, vignerons
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 22 mai 5 22 /05 /Mai 18:50



Par nicolas - Publié dans : chefs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 mai 5 22 /05 /Mai 18:23
Filet de porcelet roti, artichauts en fine mousseline et en fricassée.
Bouillon de cuisson lié aux petits violets et vinaigre d'anchois.





Par nicolas - Publié dans : plats
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus